À propos

Ma démarche professionnelle s’inscrit dans la logique globale du relationnel et du soin.

Un métier-vocation

Animée par le souhait d’apporter un peu plus de douceur et d’empathie dans ce monde parfois si rude et si complexe, j’ai eu très tôt vocation à prendre soin des gens, à me mettre à l’écoute de la personne afin de mieux la comprendre, la ressentir, l’aider.

Aujourd’hui, à 36 ans, mon approche du métier de sophrologue et masseuse se veut holistique et adaptative : plus j’avance et plus ma vision et ma pratique s’étendent, s’assouplissent et s’enrichissent.

Le goût du massage

En premier lieu, il y eu la pratique du massage. Avant même d’en apprendre toutes les techniques et variétés de protocoles, j’ai été initiée dans le cadre familial par l’intermédiaire d’un père préparateur sportif. Ce goût du massage m’a donc été révélé très jeune et j’ai pu prendre conscience des bienfaits que l’on pouvait apporter simplement avec ses mains et l’intention de faire du bien. C’est ainsi que j’ai commencé à « me faire la main ».

Ma porte d’entrée

C’est donc naturellement qu’après une filière en sanitaire et social, je me suis formée au massage qualifié de bien-être lors d’un cursus de trois ans post bac en esthétique.

En effet, comme peu de gens savent, les diplômes d’esthétique – qu’il s’agisse de B.P., Bac. Pro., B.T.S., C.Q.P. Spa praticien / manager – sont les seuls diplômes d’état à former des professionnels aux massages de bien-être non thérapeutiques (auparavant qualifiés de modelages).

Mon évolution

C’est donc avec un B.T.S. et une spécialisation de formatrice en esthétique dans mes bagages que les portes de l’univers du bien-être se sont ouvertes à moi. Ce fut le point de départ d’un parcours d’une dizaine d’années en établissements thermaux et spas ponctué d’expériences variées à l’étranger, entre missions d’éco-volontariat et échange au pair notamment en Italie où j’ai vécu durant une année.

J’ai ensuite eu l’impulsion pour créer mon activité et c’est à trente ans que j’ai ouvert mon premier institut, un centre de bien-être et de beauté bio dans les Hautes-Alpes.

Approfondissements

Puis j’amorce une nouvelle étape en 2016 en décidant de me former pour approfondir mon approche du bien-être et proposer des outils complémentaires au massage.

J’entreprends ainsi de suivre une formation à la sophrologie, aux techniques de relaxation et à la relation d’aide au sein de l’Ecole Shen Ti de l’Union (31). Une formation qui se révélera très riche d’enseignements tant personnels que professionnels.

En formation continue

Après une douzaine d’années d’expérience dans le milieu du bien-être, je prends toujours autant plaisir à explorer les diverses approches qui poursuivent la quête d’harmonie, ce trait d’union corps-esprit.

Ainsi, il y a deux ans j’ai eu le déclic pour le yoga, à la suite de quelques années de pratique irrégulière. Je me suis engagée de manière plus approfondie sur cette voie du yoga – dont le terme sanskrit signifie « qui relie » – à la faveur de deux rencontres, celle d’une professeure de yoga inspirante et d’un maître yogi hors du commun.

C’est ainsi que j’ai découvert que nous avions un grand enseignant sur Narbonne, dans la transmission directe d’une des grandes lignées du yoga traditionnel, Martyn Neal. Je suis actuellement à mi-parcours de sa formation de quatre ans pour devenir professeur de yoga.

Vers la thérapie

Finalement, je n’ai de cesse de créer des ponts entre mes diverses pratiques et ça n’est donc pas par hasard que j’en suis venue dernièrement à me former à l’approche systémique de Palo Alto. Une méthode de thérapie brève qui se veut stratégique et à 180° des tentatives de solution jusque-là inopérantes.

Et parce que j’aime associer mes pratiques, comme pour le sophro-massage, je suis en bonne voie pour créer une sophrologie qui se voudra elle aussi systémique. À suivre.

Mon équilibre

Pour élargir ma présentation, je vous parlerai enfin de mes centres d’intérêts divers et variés, à l’image de mon métier aux multiples facettes. Comme vous l’aurez compris, je suis en effet une touche-à-tout qui tend à être experte dans différents domaines qui se rejoignent néanmoins. Je me dédie au soin, au bien-être, à la thérapie, à la beauté, à la santé, à la nature, à la philosophie, à la psychologie, aux sagesses orientales, à la danse, au dessin, à l’écriture… Tout ceci fait partie intégrante de ma vie au quotidien et constitue autant de façons pour moi de me mouvoir, de m’émouvoir, de m’émerveiller, de méditer, de me faire du bien en somme.

Ces pratiques n’ont d’autre dessein que de viser à mon équilibre, d’autant plus qu’en prenant ainsi soin de moi, je prends mieux soin des autres.

Mon éthique

Qu’il s’agisse de la pratique du massage de bien-être ou de l’accompagnement individuel que je propose, je suis attentive au respect de la personne à travers le respect des bonnes pratiques. Je veille à instaurer un climat de confiance avec pour cadre le code de déontologie de ma profession. A ce titre, j’adhère à la Fédération Française des Massages Traditionnels de Relaxation (FFMTR) et à la charte des professionnels « Accompagner par l’éthique ».

« On n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir : on n’enseigne et on ne peut enseigner que ce que l’on est. »

JEAN JAURÈS